plat de côte de boeuf à la ficelle confit neuf heures

Il y a quelques années, j'ai fait un voyage en Amérique du Sud. On s'est retrouvé à Iguazu, ville brésilienne près des chutes du même nom. C'est à la fois proche du Paraguay et de l'Argentine. Bref, si tu veux je te raconterai d'autres choses rigolotes de ce voyage, mais au moment de partir d'Iguazu, on n'avait plus d'argent liquide. ça faisait deux semaines que la carte de ma compagne ne marchait plus, et moi je n'étais pas encore le VIP que je suis, et on ne m'avait donné qu'une carte dont le débit était limité à la semaine.

Bref, on arrive à la gare de bus et on avait tout juste la somme pour un billet pour aller à San Ignacio, où on voulait voir les ruines de la mission jésuite. Quand je dis un billet, je veux dire un billet pour une personne. Evidemment, on aurait pu attendre quelques jours à Iguazu, mais on en avait vu assez, on voulait partir.

J'ai réussi, je ne sais pas comment, à faire passer nos cartes d'identité pour des cartes d'étudiants, et avoir le tarif réduit, ce qui nous a permis d'acheter deux billets pour le bus qui partait 20 minutes après. Les bus, en Amérique latine, sont assez confortables, il faut l'avouer. Et tant mieux, parce que comme celui là traversait une frontière, on s'est fait arrêter par la police, qui s'es mis à méthodiquement ouvrir tous les bagages de la soute, vérifier l'identité de tous les voyageurs, et arrêter deux ou trois brésiliens qui avaient pas de visa. Bref, alors qu'on devait arriver à San Ignacio en fin d'après midi, on est arrivés vers 21H. On descend du car, et là on comprend qu'on va avoir un problème.

Imagine une route au milieu du désert avec un restaurant genre mobile homme, une enseigne qui se balance en grinçant, et une petite rue en terre qui part perpendiculairement avec des vieilles qui te regardent comme si elles avaient jamais vu quelqu'un descendre de ce bus. Il y a des poules en liberté, des enfants qui jouent pieds nus et un chien qui ronge un os. Et là, on se dit qu'il nous reste quoi, deux dollars et qu'il va falloir faire preuve d'imagination si on veut survivre. Alors on entre dans le restaurant et dans mon espagnol de vache française j'explique au gars. Et il me gère tout le truc : il prend la carte pour le dîner et pour une chambre chez un copain à lui, et il vend des billets de car pour quand on partira. Et en fait, on s'en est rendu compte que le lendemain, mais c'était pas si petit que ça comme village, on a même été au casino (bon, c'était pas Las Vegas, mais c'était la première, et jusqu'à présent la dernière fois que j'allais dans un casino). Alors on commence par manger, parce qu'il faut jamais visiter des ruines jésuites sans avoir mangé la veille.



Je ne sais pas si tu es allé en Argentine, mais pour la viande, c'est un sacré pays. Leur viande de boeuf est beaucoup plus tendre qu'ici, je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que les vaches courent dans les immensités de la pampa. Bref, tu peux commander les yeux fermés. Le sandwich de base que tu prends dans les bars, c'est avec un steack. Donc je commande les yeux fermés et en fait c'était du plat de côtes grillé au barbecue. J'essaierai un jour, mais a priori, le plat de côte ça cuit longtemps, sinon c'est coriace. Mais là bas tout est possible. Bon, j'avoue que c'était pas le meilleur repas du voyage, mais ça se mangeait quand même, même si tu as un peu de mal avec le gras et l'os.

Tout ça pour dire que le plat de côtes, c'est un de ces morceaux pas chers que tu mets à braiser toute la journée, et plus ça cuit plus c'est bon. Donc tu peux le faire en 2 heures, ce plat, mais cuit très longtemps et moins chaud, ça excuse toutes les saloperies que les jésuites ont pu faire en Amérique.

Type de plat : plat principal

Nombre de personnes : 4

Ingrédients :

1 kilo de plat de côtes (ça a l'air beaucoup pour 4 mais il y a de l'os, quand même) ficelé
2 grosses carottes
1 gros oignon
2 gros champignons de paris
1/2 bouteille de vin rouge (en l'occurrence un côte du Rhône bio qu'on trouve chez Pamplemoos)
un bouquet garni (thym, laurier, romarin)
gros sel
poivre
huile d'olive

salade verte et vinaigrette et pommes de terre au four

Temps nécessaire : préparation : 20 minutes, cuisson : 9 heures

Je fais chauffer une grande cocotte sur le feu avec un peu d'huile d'olive. J'émince l'oignon, les carottes et les champignons. Je fais revenir les oignons dans l'huile, puis j'ajoute la viande, que je fais griller un peu sur les faces. Je baisse le feu, j'ajoute les carottes et les champignons, puis le vin et le bouquet garni. Je mélange un peu. Je sale et je poivre la sauce, sans verser sur la viande. Je ferme ma cocotte et je laisse à couvert sur un feu très doux pour que ça mijote à peine pendant toute la journée. Sur ma cocotte, je peux mettre de l'eau sur le couvercle, ce qui permet de maintenir l'humidité dans la cocotte. Tu peux aussi, pour la deuxième partie transférer la cocotte au four.

40 minutes avant le dîner, oublie pas de mettre tes pommes de terre à cuire.

Et voilà une histoire de jésuites que tu connais peut-être pas : un jésuite qui visite Paris tombe sur un autre jésuite place de la Concorde. Il lui demande où se trouve l'Arc de Triomphe. L'autre, le français, lui répond "écoute, c'est pas bien loin, mais je sais pas si tu vas trouver : c'est tout droit".

Posts les plus consultés de ce blog

Matzoh ball soup ou kneidel : la soupe de Pessah'

condiment avec les radis raves