Tomates à la pauvre (prononcer /pɔvʁœ/ )

Je reviens de vacances. J'y ai mangé une quantité invraisemblable de tomates. Ma mère, quand elle a pris sa retraite, a acheté une maison dans le sud, entre Narbonne et Perpignan, où depuis elle passe l'été, de juin à septembre. Cette année elle nous a prêté la maison et on y a passé trois semaines. Bon, comme c'est un blog de recettes, je te mets pas les photos de la plage, des salins, des fêtes de village. Mais je peux te raconter les légumes.

Là-bas, comme partout, il y a les légumes du supermarché, et ils sont pas meilleurs qu'ailleurs. Après on a trois fournisseurs : une boutique de vente directe, un bonhomme au marché qui vend des abricots, des melons et de l'ail (les autres années il avait aussi des échalotes, mais pas là) et Jacky. Jacky est le frère du voisin, c'est comme ça qu'on le connaît, parce qu'il fait pas vraiment de pub. Il vend ses légumes dans son jardin, le matin. Il a pas non plus un choix de dingue, mais ce qu'il a, c'est bon. C'est tellement bon que Gilles Goujon lui achète des légumes, notamment ses oignons. Gilles Goujon, si tu as oublié, c'est le chef étoilé du coin dont ils sont très fiers, même si personne y est jamais allé manger. En tous cas, nous on a mangé les même oignons que chez lui.

Suivent quelques recettes de vacances, donc. Celle-là, c'est ma tante Marianne (j'ai peut-être pas parlé de ma tante Marianne, c'est la mère de mes cousines Marie, qui fait pousser des légumes en Seine-et-Marne, et Caroline, qui est diététicienne et qui écrit tous ces livres formidables dont je fais parfois la réclame ici) qui m'a donné l'idée de l'écrire, parce que je l'ai vue hier soir, ainsi que Marie et ses enfants. J'ai pris à Marie quelques légumes, dont des tomates de toutes les couleurs, de toutes les tailles, de toutes les formes et de tous les goûts.


Et comme on papotait en goûtant des tomates, Marianne a parlé des tomates à la provençale, qu'elle appelle les tomates à la pauvre. Et c'est surtout parce que je trouve que c'est joli comme nom que j'ai décidé de m'en faire ce soir. Et si je trouve un oeuf ou deux, je les ferai au plat dans la même huile.

Recette végétarienne

Nombre de personnes : 2

Ingrédients :

4 tomates
2 gousses d'ail
1 c à s de persil plat
un morceau de pain rassis
fleur de sel
huile d'olive

2 oeuf

Je passe un peu le pain au four tiède pour le sécher sans le griller et je le passe au mixer pour faire une chapelure fine. Je fais chauffer une poêle avec un peu d'huile d'olive. Je lave les tomates et je les coupe en deux dans la longueur. Je pose les moitiés dans l'huile chaude côté chair et je baisse le feu. J'écrase l'ail et je le hache avec le persil. Sur les moitiés de tomate, je mets un peu de hachis d'ail et de persil, un peu de chapelure et j'arrose d'un filet d'huile d'olive. Quand elles sont cuites (mais pas fondues), je les sors délicatement et je les pose dans les assiettes, que je peux garder au four qui doit encore être suffisamment chaud, et je pose une pincée de fleur de sel sur chaque. Dans la poêle, je fais frire un peu les oeufs.

"Et voilà", comme disent les Anglais.

Posts les plus consultés de ce blog

gaufres

Sushi new-yorkais

Matzoh ball soup ou kneidel : la soupe de Pessah'