Yukhoe

La première fois que j'ai été au resto avec ma chérie, j'ai pris un tartare. Elle a pris une andouillette.

Evidemment, comme c'était la première fois qu'on sortait, elle pouvait pas savoir que le truc au monde qui me répugne le plus (enfin dans les trucs officiellement comestibles) c'est bien l'andouillette. Les abats en général je raffole pas, mais faut être sérieusement perché pour bouffer du cul de porc, quoi. Bon, c'est la personne avec qui je partage ma vie depuis (vous la reconnaîtrez facilement, c'est elle qui me tient en laisse quand on se croise dans Romainville). Là où ça devient encore plus improbable, c'est que elle, le truc qui la répugne le plus, c'est le tartare. Comme quoi, l'Homme est un animal.

Je raconte cette histoire parce que c'était le 2 juillet 2006, et ce soir là, j'ai raté le match du siècle. France-Espagne dans le Mondial. Et cette semaine, mardi, j'ai raté l'autre match du siècle ! du coup j'ai pensé au tartare. Et parmi les recettes de la même famille, il y a le Yukhoe. On dit parfois le tartare coréen, ce qui est un peu con si tu y penses parce que le tartare s'appelle comme ça à cause de la sauce tartare, qui est justement ce qui fait la différence avec le yukhoe. Mais passons. 

Type de plat : plat principal

Nombre de personnes : 2

Ingrédients : 

200 grammes de steack dans le filet ou le faux-filet
1 nashi (ça se trouve chez Weng Heng avenue de la République) ou au pire une poire bien ferme
2 jaunes d'oeuf
1 c à s d'oignon
1 gousse d'ail
1 c à c de graines de sésame
2 c à s d'arachides grillées
sauce soja
huile de sésame

Temps nécessaire : 10 minutes

Je fais chauffer une poele sans matière grasse et je fais griller les cacahuètes et les graines de sésame. Avant que ça brûle, je les verse dans un saladier avec l'oignon émincé, l'ail écrasé, un c à s d'huile de sésame et de sauce soja. 

Je hache la viande au couteau. Si tu la haches à la machine, quelle qu'elle soit, ça va faire trop fin, et puis le hachoir cuit un peu la viande. Vaut mieux éviter et donc couper au couteau, en très fines lanières, puis en morceaux de 0,5 à 1 cm, haché un peu gros, donc. Mais c'est chacun ses gouts, tu peux couper plus fin si tu préfères. 

Je coupe le nashi ou la poire en julienne.

Je mélange tout dans le saladier, je goûte, je rectifie l'assaisonnement et je sers en donnant une jolie forme avec un cercle ou un emporte pièce. 

Posts les plus consultés de ce blog

gaufres

Sushi new-yorkais

Matzoh ball soup ou kneidel : la soupe de Pessah'